Développement Durable

Identifier les acteurs de la démarche environnementale dans votre entreprise

Identifier les acteurs de la démarche environnementale dans votre entreprise

La démarche environnementale est un plan d’actions donnant du sens et de la cohérence aux initiatives isolées. D’après l’étude de Goodwill-management sur 330 entreprises[1], 24 % d’entre elles « ont formalisé une vraie stratégie RSE » et seulement 14 % « estiment que la RSE est pleinement intégrée à la stratégie globale ». Plus qu’un document, elle se doit d’être portée par un ensemble de parties prenantes. En premier lieu, il est nécessaire de les identifier pour être le plus pertinent dans les propositions qui leur sont faites et les convaincre.

 

Impliquer les collaborateurs dans la démarche

Une étude publiée en 2021[2] indique que moins d’un tiers des 1000 collaborateurs interrogés sait précisément ce que regroupe la RSE. Alors que, une fois le terme défini, 45 % se disent « promoteurs » et 10 % « militants ». Enfin, 72 % estiment que « l’entreprise devrait les associer davantage à ses réflexions sur la RSE et ses enjeux ».

 

Au niveau des salariés

Prendre en compte les salariés dans l’élaboration de la démarche environnementale est une étape incontournable pour assurer son succès. Si elle est imposée par la direction sans consultation préalable, s’ils n’ont pas connaissance des enjeux et des objectifs, alors les efforts qui leur seront demandés rencontreraient une résistance au changement. Au contraire, il s’agit d’impliquer les salariés impliquer en amont pour que les transformations dans leur quotidien soient les mieux acceptées et qu’ils en deviennent de véritables acteurs.
De plus, ce sont les salariés qui ont la connaissance la plus fine du terrain. Ils nourrissent la réflexion en apportant des faits concrets et leur avis sur la faisabilité et la complexité de telle ou telle action. Pour cela, l’information est bien entendu la première étape. S’ils connaissent les problématiques sociales et environnementales en tant que citoyen, ils n’ont pas forcément conscience de la portée de ces sujets au sein de l’entreprise, ni des opportunités d’action. Il faut ensuite les convaincre de la légitimité de la démarche car elle impliquera des efforts de leur part. Cette légitimité réside dans les bénéfices autant individuels que pour la structure auxquels aboutira leur engagement.

Au niveau du management

Le management, en tant que niveau intermédiaire, possède une vision plus globale tout en ayant conscience des contraintes et des leviers concrets. Tout comme les salariés, sa connaissance du terrain est un atout.
Le management tient un rôle central dans l’animation de la démarche environnementale au quotidien. Il doit veiller au suivi des actions, impulser les changements, faire les ajustements nécessaires au regard de l’activité et rapporter les réussites comme les difficultés à la direction. Il doit donc monter en compétences et acquérir des connaissances dans le domaine de l’éco-responsabilité. Il doit aussi être parfaitement au clair avec la stratégie et le plan d’action de la démarche à son niveau. Cependant, rares sont les responsables à avoir suivi une formation sur le sujet. La pédagogie et la sensibilisation sont donc indispensables afin de les amener à souscrire au projet, pour in fine s’y investir et l’incarner.

De plus, les actions liées à la démarche environnementale tendent vers des buts concrets et mesurables (qu’ils soient liés à l’empreinte carbone, la consommation de matières premières, la sécurité ou la qualité de vie au travail…). En ce sens, elles permettent de fédérer les équipes et donnent du sens à leur activité.

L’implication des collaborateurs est ainsi utile à plus d’un titre : prévenir la résistance au changement, garantir la pertinence des solutions et renforcer la cohésion d’équipe grâce à la poursuite d’un objectif commun.

Vers une entreprise eco-responsable

Faut-il y intégrer ses fournisseurs ou ses partenaires ?

Fournisseurs et partenaires sont par définition extérieurs à la structure. Cependant, ils tiennent un rôle majeur dans son fonctionnement. Ils participent au bilan global de l’activité et à son empreinte environnementale, qu’il s’agisse de matières, de flux, de produits, de services… Ils constituent donc un axe de développement de sa propre démarche. Si la marge de manœuvre n’est pas aussi étendue que pour les parties prenantes internes à l’entreprise, il est tout aussi important de les prendre en considération.

Il existe deux manières principales pour répondre à cet enjeu :

  • choisir des acteurs déjà engagés dans une stratégie RSE, qui en présentent des garanties ;
  • inciter ses interlocuteurs actuels à faire évoluer leurs pratiques et ainsi initier un cercle vertueux.

L’intérêt de traiter avec des fournisseurs engagés tient également à leur plus grande fiabilité. En effet, ceux-ci sont moins soumis à des incidents, ruptures d’approvisionnement, problèmes d’investissement… Tous les avantages que l’entreprise elle-même retire de la démarche environnementale. Les relations en sont également privilégiées car les mêmes valeurs sont partagées par chacune des parties.

En outre, de plus en plus d’acteurs sont sensibles à l’éco-responsabilité : les clients bien sûr, mais aussi les collectivités publiques, les banques… Se soucier de l’entièreté de sa démarche, jusqu’à ses partenaires externes, en prouve l’honnêteté et la transparence. Cet engagement est vecteur de croissance et suscite la confiance à une époque où les entreprises doivent se montrer de plus en plus exemplaires.

 

Productivité, performance, qualité de vie au travail, valorisation auprès des acteurs externes, image de marque employeur et rétention des talents… Les bénéfices à impliquer les différentes parties prenantes dès la conception de la démarche environnementale sont nombreux. Ils constituent un gage de réussite dans sa concrétisation sur le long terme et une preuve de sa réalité. Enfin, pour être la plus efficiente possible, la démarche se doit d’impliquer tous les services : production, achats, qualité, financier… La transversalité est donc une condition sine qua non de sa réussite.

 

[1] Goodwill-management en partenariat avec l’Agence LUCIE et MAIF, juillet 2021

[2] Cegos, RSE : Mobiliser les équipes et développer les compétences pour passer à l’action, septembre 2022

Les bénéfices d'une démarche éco responsable

Quel bénéfice retirer d'une démarche éco-responsable ?

Au-delà d'identifier les acteurs qui peuvent porter avec vous la démarche éco-responsable, retrouvez dans notre infographie ses bénéfices pour l'entreprise.

Je télécharge l'infographie
Camille Fraslin
Camille Fraslin

Conseillère en transition écologique

Ces articles peuvent également vous plaire

Comment décrocher son budget digital auprès de son dirigeant ?

Dans le cadre de votre fonction marketing/communication, vous avez la conviction que le digital peut apporter une valeur ajoutée à votre entreprise.  Vous avez étudié les leviers que votre entreprise pourrait...

Être accompagné par la CCI pour construire sa démarche environnementale

Introduire un système de management environnemental dans l’entreprise peut paraître complexe de prime abord. Comme tout projet structurant, il s’agit de l’aborder par étape. Mais par quoi commencer après avoir pris...

Comment se renseigne un futur collaborateur sur les entreprises qui recrutent ?

En 2011, une enquête menée par Stepstone révélait déjà l’impact considérable de la communication des entreprises sur le recrutement. En effet, 95 % des candidats effectuent des recherches sur leur potentiel...