Développement Durable

Les tendances et évolutions de la démarche environnementale

Tendances environnementales

Les enjeux environnementaux sont au cœur de notre société et impactent la démarche environnementale à différents niveaux. Elle constitue une réponse à de nombreuses problématiques : protection de l’environnement, réduction des charges de l’entreprise mais aussi quête de sens pour les collaborateurs et valorisation de son activité. La formalisation de cette démarche se répand dans toutes les structures. Apanage des grands groupes il y a quelques années, l’adoption de la loi PACTE (Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises)  et de la loi climat et résilience  donnent un rôle de plus en plus prépondérant à ces enjeux pour l’ensemble des entreprises.

L’environnement au cœur de nombreuses démarches

La loi du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, a posé le principe de « compensation écologique ». Celui-ci tient dans le triptyque « éviter, réduire, compenser ». Il est applicable aux projets, plans et programmes soumis à évaluation environnementale.

Également porté par les pouvoirs publics, l’affichage environnemental (ou « éco-score »), prévu dans la loi climat et résilience d’août 2021, permettra à un consommateur de connaître précisément l’impact d’un bien ou d’un service. Pour ce score seront calculés plusieurs facteurs : émissions de gaz à effet de serre, atteintes à la biodiversité, consommation d’eau. Des expérimentations d’une durée maximale de 5 ans ont été prévues par la loi dans les secteurs du textile d’habillement, des produits alimentaires, de l’ameublement, de l’hôtellerie et des produits électroniques. Au terme et après évaluation de ces expérimentations, l’affichage environnemental sera quant à lui rendu obligatoire prioritairement pour le secteur du textile d’habillement ».

En outre, les tendances constatées auprès des groupes et des grandes sociétés finissent par se diffuser dans les plus petites. Par exemple, la Commission Européenne travaille sur des normes de reporting RSE plus poussées que l’actuel DPEF (Déclaration de Performance Extra-Financière), qui pourraient entrer en application dès 2024 pour les grandes entreprises et 2026 pour les PME cotées. Emmanuel Faber, ancien directeur de Danone, milite même pour faire évoluer la comptabilité afin « d’inclure les externalités négatives » : l’intégration des enjeux et risques environnementaux dans le résultat d’une entreprise. Ces évolutions pourraient prochainement entrer dans les IFRS (International Financial Reporting Standards).
Objectif environnement dans l'entreprise

La RSE dans la loi

Promulguée en mai 2019, la loi PACTE insiste sur l’importance de la RSE. Elle prévoit l’obligation d’intégrer les enjeux sociaux et environnementaux dans sa stratégie, et incite à inscrire sa raison d’être dans ses statuts. Cette loi répond à une demande sociétale croissante : plus de la moitié des Français pense qu’une société doit avant tout être utile à la société dans son ensemble, avant même ses clients, et 54 % considèrent que c’est l’apport de preuves concrètes qui rend les engagements RSE plus crédibles.

Depuis les années 90 et 2000, les marques se sont emparées des sujets environnementaux pour leur publicité. Les consommateurs ont assisté aux dérives du « greenwashing » par certaines entreprises : l’utilisation d’arguments trompeurs en faveur du développement durable et de l’environnement pour améliorer son image et développer ses ventes. Aujourd’hui, signe que les temps ont changé, le Ministère de l’Économie insiste sur le fait que « les entreprises ne se limitent pas à la recherche du profit. L’entreprise doit être le lieu de création et de partage de sa valeur. La loi permet de redéfinir la raison d’être des entreprises et de renforcer la prise en compte des enjeux sociaux et environnementaux liés à leur activité. ».

L’adoption de la démarche environnementale

Les lois suivent autant les évolutions sociétales qu’elles préfigurent les futures normes dans la société. Ces évolutions, qui se sont accentuées ces dernières années, entérinent un mouvement de fond. La formalisation de la raison d’être est de plus en plus utilisée par les entreprises, non pas uniquement dans la communication de marque, mais comme pilier de leur stratégie. L’environnement et le développement durable s’y retrouvent de plus en plus comme pour Decathlon (« rendre durablement le plaisir et les bienfaits de la pratique du sport accessibles au plus grand nombre ») ou Lobodis  (« chaque jour, être un torréfacteur engagé et proposer des cafés authentiques, fiers de leurs origines, sources de plaisir et de convivialité, tracés pour vous partager nos impacts »). Certaines entreprises adoptent la qualité de « société à mission » (définie par la loi PACTE), formalisant son impact social, sociétal et environnemental. En Bretagne, le Groupe Rocher, Lobodis ou encore Dervenn s’y sont engagés.

Enfin, l’aspect économique est de plus en plus marqué par les considérations environnementales. Même le milieu bancaire s’y engage. Preuve de cette mutation, les années 2020 et 2021 ont vu de nombreux organismes de financement et de fonds d’investissement se désengager de projets ayant des effets négatifs sur l’environnement et le climat. Pour la partie incitation, nous pouvons citer le crédit PACT d’Arkéa Banque Entreprises & Institutionnels, visant les entreprises ayant une stratégie RSE solide, avec à la clé 20 % de réduction des frais financiers. Objectif pour la banque : limiter les risques en attirant des structures plus pérennes car engagées.

Concevoir et déployer une démarche environnementale est ainsi, et de plus en plus, une étape incontournable au regard des différentes réglementations de ces dernières années et à l’émergence de nouveaux standards. Ils constituent autant d’incitations à l’instituer. Si la formalisation de la démarche environnementale nécessite un travail de réflexion préalable, sa mise en œuvre permet d’améliorer la performance aujourd’hui et d’aborder sereinement les évolutions futures.

Les bénéfices d'une démarche éco responsable

Pas tout à fait convaincu ?

Vous hésitez encore à mettre en oeuvre une démarche environnementale dans votre entreprise. Retrouvez dans notre infographie les bénéfices stratégiques.

Je télécharge l'infographie
Jean-Sébastien Flinois
Jean-Sébastien Flinois

Conseillère Entreprise Développement Durable

Ces articles peuvent également vous plaire

Les bénéfices d’un accompagnement RH : le retour d’expérience de Sabrina Roland-Guyot

Depuis 2015, Sabrina Roland-Guyot dirige GBB, une PME familiale basée à Dol-de-Bretagne et spécialisée dans les boyaux naturels. À la tête d’une équipe d’une dizaine de salariés, elle a fait le...

La fiche Google My Business : pourquoi et comment bien l’utiliser ?

La fiche Google My Business est un service que Google propose gratuitement pour mettre en avant les informations et coordonnées de votre entreprise.  L'utiliser permet au consommateur de trouver...

Comment professionnaliser la fonction RH de votre PME ?

L’amélioration de la compétitivité des PME passe par un outillage efficace de la fonction RH. Par où commencer ? Vers quelles solutions se tourner ? Faisons un tour d’horizon des outils...